Chargement en cours . . . 

Courrier PHILIA

 Philia [accueil]...    imprimer ce document...   fermer cette fenêtre...

COURRIER


 

Tout boucler sans tout bâcler, ou comment bien se tenir sur table sans s'étaler tout du long...
30/10/2009

De Nour le 30/10/2009 : « D'abord merci pour votre site, il m'a franchement bien aidé avec mes premiers devoirs en philo. Jusque là, j'ai eu deux DM à faire, une explication de texte et une dissertation. Aux deux, j'ai eu de bonnes notes, mais je me suis rendue compte que j'y avais passé beaucoup plus de temps que les autres, ce qui n'est pas surprenant, parce que dans toutes les matières, en devoir surveillé par exemple, je n'arrive jamais à finir avant la fin de l'heure. Je suis toujours en retard, bref, je gère très mal mon temps. Jusque là il n'y avait pas de problèmes en philo vu que c'était à faire à la maison, donc j'avais tout le temps que je voulais, mais à la rentrée j'ai mon premier devoir sur table, et comme la philo est la matière où je m'étale le plus, je ne sais pas du tout comment je vais m'en sortir. Pour moi, faire une dissert en 4 heures, c'est irréalisable ! Alors je voulais savoir si vous pouviez me dire comment m'y prendre pour finir dans les temps, je ne parle pas de la méthode mais de comment je peux faire pour tout boucler sans bâcler, me conseiller sur le temps que je dois impartir à chaque étape, les étapes en elles-mêmes, si je dois faire un brouillon, et puis savoir m'arrêter avant le hors-sujet, etc. ?

Merci ! »

=> 12/11/2009 : Bonjour. Merci de votre appréciation. Je me demande si je la mérite vraiment, car, avec vous, j'ai battu tous mes records... de retard. Et je dois donc convenir que ce serait plutôt à vous de me donner des conseils de gestion du temps !

Mais peut-être n'est-il pas définitivement trop tard pour vous communiquer ces quelques conseils, non sans vous avoir d'abord félicité pour votre inquiétude : car il n'y a pas de philosophie sans question, ni de question sans quelque inquiétude — même si, bien sûr, le parcours de la pensée doit toujours viser à la dépasser.

Premier conseil, tout à fait pratique : n'utiliser que le recto de vos feuilles de brouillon, et numérotez vos feuilles très lisiblement. Vous gagnerez en temps et en clarté.

Ensuite, mon principal conseil général est : évitez de tout écrire au brouillon. En effet, si, après avoir griffonné quelques notes (plus ou moins en désordre, ou même en deux colonnes, du genre « oui » / « non »), vous vous mettez à rédiger tout votre devoir, de l'introduction à la conclusion, vous devrez ensuite tout recopier. Or, quand on recopie, avouez-le, on ne pense pas beaucoup... sauf, peut-être pour se dire que d'autres choses auraient pu être dites, ou bien qu'un autre ordre aurait été souhaitable ! Tout rédiger au brouillon vous fait donc perdre beaucoup de temps... de réflexion. Lancez-vous !

...Mais : faut-il alors écrire "à la volée", sans avoir rien écrit au brouillon ? Sûrement pas non plus ! En fait, pour être efficace, il faut utiliser le temps imparti au maximum à réfléchir, ce qui implique de ne pas rédiger tout le développement au brouillon.

Si vous êtes tout de même tenté de rédiger tout votre développement au brouillon, c'est très probablement parce que votre plan n'est pas au point, ne serait-ce que parce qu'il n'est pas suffisamment détaillé.

Si, toutefois, tel n'est pas le cas (= si le plan est effectivement au point, et s'il est suffisamment détaillé), vous pouvez "céder à la tentation", histoire de vous rassurer, pour écrire les premières lignes de chacun des moments de la réflexion... En quelque sorte, de cette façon, vous "amorcez la pompe". Mais, je le répète, n'écrivez pas tout sur vos feuilles de brouillon.

En revanche, je vous recommande de rédiger votre introduction minutieusement, ce qui implique que sa rédaction soit travaillée entièrement au brouillon, depuis son schéma directeur (voir la page Philia sur la fabrique de l'introduction, ainsi que les prérequis sur la notion de problème philosophique) jusqu'à sa rédaction définitive.

Il peut être bon de rédiger aussi votre conclusion, au moins provisoirement (donc quitte à l'actualiser par la suite — comme on le verra... par la suite !), et cela avant de chercher un plan de développement.

Ce conseil paraît souvent étrange. Pourtant, il est logique : de même qu'il faut savoir l'on veut se rendre avant de prendre tel ou tel train, il faut avoir une idée de ce que l'on va dire avant de commencer à écrire :

ORDRE de la REFLEXION :
introduction

(= quel est le problème ?)

1

conclusion

(= quelle solution proposer ?)

2

<= développement

(= quel cheminement de la pensée pour parvenir à la solution ?)

3

ORDRE du DEVOIR :
1
3
2

Détail pratique non négligeable : je vous conseille de consacrer une feuille entière à votre conclusion. Là encore, c'est logique, puisque, comme on l'a dit, vous serez probablement amené à la réviser à plusieurs reprises, au fur et à mesure de l'évolution de votre dissertation.

Ces principes étant bien compris, on peut alors proposer le "timing" suivant. Je suppose que vous démarrez à 8 h :

  • 8 h - 8 h 15 — Premier 1/4 d'heure — choix du sujet. Ne négligez pas ce moment : trop d'élèves choisissent le sujet "qui leur plaît", ou "qui leur paraît intéressant", ou, pire, "qui leur semble le plus simple". Il y a fort à parier que de nombreux autres élèves de votre classe opéreront le même choix, et pour les mêmes mauvaises raisons. Choisissez plutôt le sujet sur lequel vous avez suffisamment de connaissances et pour lequel vous entrevoyez sans tarder un problème et une solution. Et tâchez de ne pas procéder par élimination.

  • 8 h 15 - 10 h 15 — 2 heures — Sur votre brouillon : (1°) travail de définition + rassemblement des connaissances sur la question + (2°) recherche de la formulation la plus rigoureuse du problème => (3°) schéma et rédaction minutieuse de l'introduction. Puis (4°) première conclusion (rappel : sur une feuille à part). C'est votre idée directrice, celle à laquelle vous entendez aboutir, et, je le rappelle, elle sera probablement affinée dans la suite. Passez ensuite (5°) à la recherche d'un plan d'ensemble : deux ou trois grandes parties — l'idéal, vous le savez sans doute déjà — étant trois. Rédigez schématiquement les transitions entre I et II, puis entre II et III. C'est nécessaire, mais aussi c'est un bon test de la logique du plan. Vous pouvez aussi tester votre plan en vous posant les questions suivantes : est-il possible, sans dommage, d'intervertir la partie I et la partie II ? Surtout : la III, s'il y en a une, ne répète-t-elle pas ce qui aura été dit auparavant, autrement dit, fait-elle vraiment avancer le débat ? Et, là aussi, bien sûr, demandez-vous si elle est bien à sa place. Bref, votre plan, quel qu'il soit, doit être logique et permettre finalement de conclure. (6°) Une fois cette rigueur atteinte, vous devrez peut-être reprendre votre "feuille de route", sur laquelle vous aviez écrit la première version de votre conclusion : corrigez cette première version si nécessaire. Etape suivante : (7°) tâchez de subdiviser chacune des parties de votre plan. Là encore, il faut se poser des questions, notamment : la première sous-partie de la partie I n'est-elle pas trop longue (par rapport à la 2e sous-partie) ? Est-il également possible de subdiviser la partie II ? Et la III ? Si des problèmes d'organisation apparaissent, il est bien probable que votre plan d'ensemble soit à revoir. Corrigez-le si nécessaire aux endroits défectueux. Et reprenez votre travail de subdivision. Enfin, (8°), revoyez encore votre conclusion, et corrigez si nécessaire.

  • 10 h 15 - 10 h 20 — 5 minutes — Début de la rédaction définitive : (1°) Recopiez votre introduction "au propre".

  • 10 h 20 - 10 h 25 — 5 minutes — Si vous êtes parvenu sans encombres jusque là, c'est que vous avez fourni un effort intellectuel intense en un temps limité. Accordez-vous un peu de repos ;-)

    Sans trop rêvasser tout de même ! Evitez également de chanter à tue-tête :-|
    Profitez, par exemple, de ces quelques minutes de battement pour vous restaurer : grignoter un biscuit, boire un peu d'eau – sucrée à votre goût. :-\

  • 10 h 20 - 11 h 50 — 1 h 30 — Suite de la "rédaction au propre" : (2°) En vous aidant de votre brouillon, et tout particulièrement de votre plan détaillé : rédigez chaque partie du développement. N'oubliez pas de changer de ligne après chaque sous-partie, et de sauter deux ou trois lignes avant de passer à la partie suivante. (3°) Sautez encore quelques lignes, et rédigez votre conclusion, après l'avoir encore éventuellement corrigée.

  • 11 h 50 - 12 h 00 — 10 minutes — Relisez votre devoir attentivement.

Voilà. Il faut reconnaître que c'est plus vite et plus facilement dit que fait. Vous trouverez d'ailleurs peut-être, ici ou là, des conseils un peu différents des miens, mais grosso modo, je crois, des conseils (de bon sens !) assez comparables. Voyez, par exemple, sur internet, ce précieux "Précis de la dissertation", pages 26-27.

Je complèterai cette réponse dans quelques temps pour vous proposer un découpage du temps pour le commentaire de texte — sujet III au baccalauréat.

N'hésitez pas à donner de vos nouvelles, et veuillez encore me pardonner pour le retard.

Avec mes...


-: Amitiés :- P h i l i a.

Référence du message : ID 130






            


 - Contrat Creative Commons (certains droits réservés) -